© Instinct De Vies

 

Visite d’un abattoir -par définition non réglementé- où les chiens arrivent par camions et sont débarqués puis parqués dans des espaces exigus, prêts à être abattus dans des conditions d’hygiène déplorable, de précarité absolue et où la souffrance est palpable tant du côté des bêtes que du côté de cet homme, égaré dans une pratique qu’il n’a pas les moyens d’interroger.

 

La saignée, l’épilation, la plongée des corps blanchis dans l’eau bouillante laissent sans voix celui ou celle qui voit dans ces animaux le meilleur compagnon de l’homme. Proposer une reconversion économique, enrayer le risque sanitaire, éduquer les populations, développer la bienveillance : quatre chantiers  à mettre en oeuvre de toute urgence pour stopper la consommation de viande de chien.
M